Découvrez le GoSun Grill, le premier four solaire qui fonctionne quand il pleut

Une nouvelle génération de cuiseurs solaires est apparue sur le marché avec un objectif simple : conquérir le grand public. En effet, aujourd’hui encore, beaucoup s’interrogent sur l’efficacité de ces appareils low-tech. La société américaine GoSun a frappé un grand coup en inventant le premier cuiseur solaire qui fonctionne même lorsqu’il fait mauvais. De quoi convaincre les sceptiques ? Gros plan sur le four solaire GoSun Grill.

Le marché émergent de la cuisine solaire

Avec le boom des énergies renouvelables, la cuisson solaire suscite un intérêt grandissant. Mais certaines réserves persistent. En effet, même si les fours solaires commercialisés à l’heure actuelle sont de plus en plus performants, une question reste en suspens. Comment cuisiner quand il pleut ?

C’est une interrogation récurrente, notamment chez les randonneurs, les propriétaires de camping-car et les plaisanciers. Le four solaire a l’énorme avantage de se passer de combustible, mais les fans de sports nature lui préfèrent encore le réchaud à gaz, plus sûr selon eux, car il fonctionne n’importe quand.

L’intermittence du soleil, une limite

La météo. C’est là que le bât blesse. En effet, un cuiseur solaire est un appareil low-tech (basse technologie, en français). Il fonctionne sans électricité, à l’inverse des objets connectés qui nous entourent aujourd’hui. C’est un avantage en cas de coupure de courant, mais aussi une faiblesse, car dans la nature, l’approvisionnement en énergie est intermittent.

Autrement dit, un four solaire transforme la lumière en chaleur pour fonctionner. Il concentre les rayons du soleil sur un élément en métal qui sert en quelque sorte de résistance, comme dans un four électrique. Or, quand il y a des nuages ou qu’il fait nuit, cette réaction thermique est impossible, ce qui réduit fortement l’intérêt de cette cuisinière pour le plus grand nombre.

La batterie thermique, une solution innovante

infographie GoSun Grill

Pour palier ce problème, la société GoSun a eu une idée lumineuse : intégrer une batterie à un four solaire. Le principe ? La pile accumule l’énergie pendant qu’il fait beau, ce qui permet à l’appareil de fonctionner quand il pleut ou quand le soleil est couché. Cette innovation lève une limite souvent considérée comme rédhibitoire par le grand public.

Cette nouvelle fonctionnalité est inspirée du photovoltaïque. En effet, GoSun commercialise différents types d’objets solaires (des chargeurs, des glacières, etc.). Or, c’est en concevant un chauffe-eau que Patrick Sherwin, le fondateur de la marque, eut l’idée de stocker l’énergie du cuiseur solaire, comme avec des panneaux.

Composée de cire non toxique, la batterie thermique se situe à la base la chambre de cuisson (notre infographie). Là, elle se charge en deux heures seulement et restitue à la demande la chaleur qu’elle a emmagasinée pendant les périodes d’ensoleillement. En stockant l’énergie thermique, le GoSun Grill gagne en autonomie. Il peut chauffer n’importe quand, même quand le ciel est nuageux ou que la nuit est tombée.

Conclusion

Grâce à ce système innovant, ce four solaire n’est plus dépendant des caprices de la météo. Il est désormais possible de cuisiner à n’importe quel moment de la journée – ou de la nuit, exactement comme avec un réchaud ou un barbecue.

De plus, le GoSun Grill est un four solaire performant. Grâce à un tube solaire, il dégage des températures proches de 200°C, sans émettre de CO2. Ce rendement est amplement suffisant pour cuir différents types de plats en pleine nature, sans énergies fossiles.

Cette technologie intéresse les populations défavorisées qui n’ont pas accès à un réseau d’énergie (GoSun a d’ailleurs lancé un programme spécifique à destination des pays en développement), mais aussi les amateurs de sports outdoor. Par exemple, le GoSun Grill trouvera parfaitement sa place dans un camping-car, où il peut de cuisiner pour 4 à 5 personnes sans avoir besoin de la fée électricité !